Aujourd’hui dimanche 18 octobre 2020 se déroulait le 76ème anniversaire de la libération de Saulxures.

C’est en comité réduit qu’à partir de 9h30 l’adjointe Evelyne Toussaint, 2 musiciens, le lieutenant chef du centre des pompiers et 2 porte-drapeaux ont déposés des gerbes sur les différents monuments de la commune :

  • 2 gerbes à Morbieux
  • 1 gerbe aux Graviers
  • 1 gerbe aux monument aux morts place de Lattre suivi d’un discours ( voir ci-dessous) en mémoire de la libération de Saulxures

S’en est suivie la messe à l’église de Saulxures-sur-Moselotte.

Discours du 76ème anniversaire de la libération de Saulxures

76ÈME ANNIVERSAIRE DE LA LIBERATION DE SAULXURES

Les 3ème et 7ème RTA (Régiment de Tirailleurs Algériens) dirigés par le Général DUVAL, renforcés par les 2ème et 3 G.T.M. (groupement de Tabors Marocains) les fameux goums commandés par le Général GUILLAUME, devaient à partir du 4 OCTOBRE 1944 relever le 7ème Régiment d’Infanterie Américain censé tenir la forêt de Longegoutte.

Or, les Américains s’étant retirés sur REMIREMONT sans prévenir, les tirailleurs furent accueillis à leur grande surprise par les mitrailleuses et les mortiers de la 338 division d’infanterie allemande.

La bataille pour la libération de SAULXURES et de la Vallée venait de commencer.

Le 8 OCTOBRE au soir, après une lutte acharnée notamment entre le col de Morbieux et celui du Rahmné, les Libérateurs tiennent la crête et, sous couvert du 4 eme Régiment de Tirailleurs Tunisien, le 9 OCTOBRE ils lancent une attaque pour tenter de franchir la Moselotte.
Les goumiers du colonel CHAPUIS la traversent entre Thiéfosse et Saulxures.
Les hommes du 3 eme RTA du colonel AGOSTINI la traverseront après, vers la sortie de la forêt du Géhan.

Les 10 et le 11 octobre Saulxures est progressivement libéré, mais les libérateurs doivent poursuivre leur attaque en direction de la Bresse pour atteindre l’Alsace au plus vite.
Cependant, suite à une extension du front vers le nord du dispositif sur une distance de 10 km, le général GUILLAUME et ses goumiers ne peuvent plus alimenter une attaque vers la Bresse.
Il se trouve contraint de consolider les positions conquises et de s’assurer de la route Remiremont/Saulxures, seule voie de ravitaillement.

Après avoir installé leur PC au château de Saulxures, les libérateurs se dirigent sur les crêtes situées au Nord de la Moselotte : à la Piquante Pierre, à Noire Goutte et à la Tête du Rondfaing là où 83 maquisards sont tombés héroïquement après 4 jours de combats.

Les tabords et la 3eme DIA luttent victorieusement du 11 au 14 octobre, malgré la pluie et le froid
Aidé du 1er RCP (Régiment de Chasseurs Parachutistes) le 3 eme RTA termine la conquête de la forêt du Géhan et participe à la Libération de Cornimont.
Le combat se poursuit ensuite dans les hauteurs de Cornimont à partir du 16 octobre pour ouvrir la route de la Bresse aux blindés.
Il se poursuivra également début novembre sur les hauteurs de Rochesson.
Nombreuses ont été les pertes parmi les régiments engagés.

Ainsi au 18 octobre 1944, il manque 1 500 hommes aux goums.

La 3eme DIA et ses unités associées comptera 1 200 tués.
Nous devons à ces hommes une reconnaissance éternelle pour ce qu’ils ont fait.
Il est important que chaque année lors de cette cérémonie, nous rendons hommage à ceux qui ont lutté loin de chez eux dans la souffrance pour nous libérer du joug allemand.

Les stèles de Morbieux, des Graviers, et les monuments du cimetière nous rappellent notre devoir de mémoire envers nos libérateurs.

Si aujourd’hui nous goûtons depuis 76 ans à la liberté nous le devons aussi à ces hommes, venu pour la plupart de pays chauds, libérer nos montagnes vosgiennes.

Merci pour votre attention.

Quelques photos